Cliquez ici pour afficher normalement la page (avec mise en forme et graphisme). Si ça ne fonctionne pas, vérifiez que votre navigateur accepte JavaScript et supporte les CSS. Nous vous recommandons un navigateur respectant les standards, tel que : Google Chrome, Firefox, Safari…

Vous êtes ici : accueil > bouddha
en quelques mots…

Cette partie présente de manière détaillée toutes les étapes essentielles de la vie de Bouddha.

De nombreux chapitres sont également consacrés à l’histoire de plusieurs de ses principaux disciples (moines ou laïcs).

Ces textes permettent de mieux comprendre le cheminement de celui qui a découvert et donné aux êtres le moyen de mettre un terme définitif à toutes les impuretés mentales.

accueil de la partie « bouddha »
Bouddha a dit :

S’abstenir de tout ce qui est nuisible.
Faire ce qui est bénéfique.
Purifier l’esprit.
Tel est l’enseignement de tous les bouddhas.

Information : le contenu de cette partie fait l’objet d’un livre téléchargeable sur ce site ; La vie de Bouddha et de ses principaux disciples.

Vers le plan de cette partie (sur cette page)


Avertissement

La vie de Bouddha est particulièrement riche d’enseignements, et c’est d’ailleurs ce qui fait tout son intérêt. Contrairement à certaines versions, celle qui est proposée ici respecte le tipiṭaka – c’est-à-dire l’enseignement de Bouddha –, ne s’appuyant que sur des textes basés sur celui-ci, et évite de tenir compte des aṭṭhagāthā, qui font souvent l’objet de contestations. Son contenu se borne à l’essentiel, car l’intégralité des textes canoniques sur la vie de Bouddha s’étale sur de nombreux volumes. Bien qu’adaptés au mieux à la langue française et à la compréhension occidentale contemporaine, les dialogues et les faits décrits dans cette version demeurent fidèles aux Écritures canoniques du theravāda.

Pour mener à bien la réalisation de cette version française de la vie de Bouddha, les travaux de recherches, de traductions (depuis le pali et le birman) et d’explicitations ont été effectués en collaboration avec des moines birmans versés dans les Écritures canoniques (en particulier le moine Devinda, de l’université nationale palie de Mandalé, au Myanmar).

Hormis les événements qui concernent directement Bouddha, la chronologie n’a pu être respectée, pour la simple raison que les périodes où se déroulent les récits sont longues et se chevauchent, et les événements courts ne sont pas systématiquement datés. Ainsi, certains chapitres sont regroupés chronologiquement, tandis que d’autres sont regroupés par thèmes.

Autrefois, les histoires de dragons cracheurs de feu, d’individus qui volent dans les airs, d’abondantes quantités d’or qui apparaissent spontanément, ou d’êtres qui tombent aux enfers, avalés par la terre, attiraient des foules entières. De nos jours, de telles histoires ont plutôt tendance à faire fuir le monde, devenu si sceptique qu’il ne croit même plus en la réalité. Seuls, les enfants, les amateurs de contes de fées, et les personnes qui ont une grande confiance envers l’enseignement de Bouddha, accordent du crédit à ce type de récits présent tout au long des Écritures.

Si certains faits à « caractère magique », présents dans les enseignements du dhamma, peuvent surprendre ou paraître relever de la science-fiction, il faut savoir qu’ils étaient tout à fait banals aux temps où ils se produisaient. Certains d’entre nous ont du mal à croire que tout être qui a développé suffisamment de pāramī, et qui s’efforce convenablement et suffisamment à certains exercices de méditation, est en mesure de développer des pouvoirs psychiques. Une personne vivant au temps de Bouddha aurait beaucoup plus de mal à croire à l’existence d’Internet. Essayons de lui expliquer que de notre temps, même un individu stupide est en mesure d’envoyer une image de lui, qui peut-être animée et accompagnée de son, qui, voyageant par des fils et par des ondes dans l’air, parvient à l’autre bout de la planète en une fraction de seconde, et le tout, exclusivement à l’aide de matériel !

Naturellement, même du temps de Bouddha, il y avait des personnes sceptiques. Bouddha disait que trois choses ne doivent pas être réfutées, en précisant que chacun était libre d’y croire ou pas, mais devait éviter de critiquer ou de négliger :

  1. les pouvoirs psychiques développés par la concentration
  2. tout ce qui est lié à Bouddha (l’omniscience, les connaissances particulières, les pouvoirs, les caractéristiques particulières, les manifestations spontanées, etc.)
  3. le kamma

Toutefois, il convient de garder à l’esprit que dans les récits de l’enseignement de Bouddha, ce qu’il y a de plus important, ce ne sont pas les faits, qui peuvent parfois paraître très étranges, mais leurs sens et la grande richesse des sages recommandations et explications qu’ils contiennent, qui sont autant d’encouragements à la pratique de chacun sur la voie juste et raisonnée, celle qui conduit à la libération des impuretés mentales, racines de toutes les souffrances.

Accédez aux annexes
Accédez directement au début du premier chapitre

Plan de la partie « bouddha »

infos sur cette page

Objet : Accueil de la partie
« bouddha »

Date :

Auteur : isi Dhamma

Mise à jour : 1er déc. 2006