url : http://dhammadana.org/galerie/01/img/425.jpg

alt : Photo 25

title : Yangon – Pour finir sur une note gastronomique, voici le bol d’un moine, contenant la nourriture offerte, prête à être consommée. Les moines ne doivent jamais rien demander (sauf en cas de problèmes de santé). Ainsi, il doit se contenter de ce qu’on lui donne, sans faire le difficile. Il mange ce qui "tombe" dans son bol. Néanmoins, Bouddha a défendu aux moines d’accepter de la nourriture "incorrecte". C’est-à-dire de la nourriture volée, la viande d’un animal tué spécialement en vue de l’offrir à un ou plusieurs membres de communauté monastique (saṃgha), et la viande de dix espèces – dont l’humain – considérées nobles ou sacrées, selon les croyances. Parmi les règles du pātimokkha, de nombreuses sont consacrées à la conduite adoptée en mangeant. En dehors de cela, dans le but de parfaire leur entraînement au détachement, certains moines mélangent complètement leur nourriture (riz, bananes, légumes, sauces, pâtisseries, poisson, etc.) avant de la manger. Cela fait l’objet d’une des 13 dhutaṅga, qui sont des pratiques non obligatoires.

longdesc : Bol noir de moine posé sur une natte, sur son socle en bambou. Dans celui-ci, du riz sur lequel sont réunis divers aliments : de la viande, des légumes, une banane, de la papaye coupée en dés, des cacahuètes, de l’omelette, et plantée au milieu du tout, une cuillère.