Cliquez ici pour afficher normalement la page (avec mise en forme et graphisme). Si ça ne fonctionne pas, vérifiez que votre navigateur accepte JavaScript et supporte les CSS. Nous vous recommandons un navigateur respectant les standards, tel que : Google Chrome, Firefox, Safari…

Accueil dhammadana.org ; lien direct vers le début du texte
Vous êtes ici : accueil > livres > l’itinéraire d’un renonçant > qu’est-ce qui fait le moine en dehors de l’habit ?

L’itinéraire d’un renonçant

<- retour

Qu’est-ce qui fait le moine en dehors de l’habit ?

Avant d’arriver en Birmanie, tout ce que j’avais pu lire à propos des moines (bouddhistes) n’était que des histoires d’êtres accomplis et dotés de pouvoirs surnaturels. C’est donc le plus naturellement du monde que je ne voyais que la perfection dans les moindres gestes des premiers moines en chair et en os qui m’ont été donné de rencontrer. J’allais même jusqu’à leur adresser de respectueuses pensées dans l’idée qu’ils pouvaient peut-être les lire à travers mon regard. Je ne tarderai toutefois pas à me rendre compte que la plupart d’entre eux ne sont guère plus qu’un tas de chair et d’os dont les comportements sont gouvernés par un esprit corrompu de désir et d’ignorance. Ce qui aura pour effet de consolider ma conviction de l’époque, qui consiste à penser qu’il est complètement inutile de porter la robe monastique, que seule compte la méditation. La conduite déplorable des moines ne me surprend toutefois pas autant que l’aveuglement des gens, qui les vénèrent comme des dieux vivants, en se prosternant à tout moment devant eux et en leur donnant de nombreuses offrandes de la manière la plus respectueuse qui soit. Hormis de rares exceptions, comme les moines Satipatthāna et Jātaka qui sont de nobles êtres dignes de vénération, j’en viens non seulement à ne pas éprouver le moindre respect pour les moines, mais même carrément du mépris. Je ne vois en eux que des chiens qui abusent sans vergogne de la générosité des gens qui font confiance à la noblesse, à la vertu et à la sagesse que représente la robe monastique.

Bien que demeurant en permanence concentré sur ma retraite, les yeux toujours vers le bas, je distingue inévitablement des moines (si toutefois on peut appeler cela ainsi) qui courent continuellement vers des occupations futiles et exclusivement destinées à se distraire. Le jour de mon arrivée, Paul m’avait présenté un gros moine qui passe ses journées à faire la sieste ou à mâchouiller du bétel, et dont la chambre ressemble à la caverne d’Ali Baba. Il nous avait fièrement montré sa collection de timbres-poste et ses albums photographiques de tous les voyages touristiques qu’il avait réussi à faire depuis qu’il avait pris la robe. Comme je suis en pleine retraite, il n’est pas question de gâcher ma concentration à m’interroger sur le rôle exact des moines. Néanmoins, je sais malgré tout que celui qui porte la robe monastique est tenu de se consacrer à la voie qui mène à l’éveil, en adoptant uniquement des comportements nobles et en évitant toute activité qui ne présente pas de profit pour cette voie. Il me semble aussi qu’une telle personne ne doit pas s’adonner à tout ce qui est susceptible d’accroître les états d’esprit négatifs, comme l’avidité, l’orgueil, l’avarice, la jalousie, la haine ou l’illusion.

Nous sommes le 5 décembre 1996, je suis devant le bâtiment où sont logés le Vénérable Satipatthāna et une partie des étrangers, en train de faire ma marche. Les yeux toujours vers le bas, je distingue un moine qui s’approche de moi. Quand il est tout près, quelle n’est pas ma surprise quand je reconnais les pieds de Paul, qui devient alors le moine Samādhi.

Terriblement déçu, je ne parviens pas à comprendre ce choix, qui me paraît alors tellement inutile, voire stupide. Je me laisse alors à croire que mon vieux compagnon de route est nettement moins avancé que je me l’étais toujours imaginé. Cependant, les conseils et remarques qu’il me donne jour après jour sont empreints d’une telle sagesse que je finis par me dire qu’il y a certainement quelque chose qui doit m’échapper dans le concept de moine.

haut de page

suite ->