Cliquez ici pour afficher normalement la page (avec mise en forme et graphisme). Si ça ne fonctionne pas, vérifiez que votre navigateur accepte JavaScript et supporte les CSS. Nous vous recommandons un navigateur respectant les standards, tel que : Google Chrome, Firefox, Safari…

Accueil dhammadana.org ; lien direct vers le début du texte
Vous êtes ici : accueil > livres > l’itinéraire d’un renonçant > de livre en livre

L’itinéraire d’un renonçant

<- retour

De livre en livre

En lisant la version birmane des textes canoniques qui composent la discipline monastique, je compile et traduis en français l’intégralité des fautes dont les moines sont tenus de s’abstenir. Cette matière d’information composera un livre qui expose à l’état brut tous les points de la discipline monastique, mais avec en notes, les nombreux éclaircissements nécessaires.

Celui-ci à peine achevé, je me lance dans la réalisation d’un autre, sur un sujet aussi différent qu’essentiel : la vie de Bouddha. Alors que mon idée est de faire un petit livre se limitant aux instants clefs de l’existence du Bienheureux, je finis par rédiger un ouvrage relativement complet. Ce que j’aurais considéré comme « clef » s’étend finalement sur un corpus de près de 350 pages. Ce livre présente en clair tout le processus qui conduisit Bouddha à découvrir ce qu’il a découvert, comment il a fondé la communauté des moines, ainsi que les histoires de ses principaux disciples, également très riches d’enseignements. Naturellement, et comme tout ce que j’ai écrit, je rends ce livre disponible sur Internet. Gratuitement, s’entend, car quoi de plus indécent pour un moine que de faire du commerce, et à plus forte raison avec l’enseignement de Bouddha ?

Dans la première semaine de décembre, je descends sur Yangon. Ayant l’intention de travailler seul, je n’ai pas besoin d’autre chose qu’un lieu tranquille avec une prise de courant pour mon ordinateur. Les seuls monastères qui m’acceptent sont nettement trop bruyants, trop près de la pollution automobile et pas suffisamment sécurisés pour le matériel qui m’accompagne.

La personne qui m’aide dans cette recherche me conduit finalement dans la grande maison d’un quartier riche à l’écart du centre-ville. Appartenant à sa riche sœur alors établie à Hong-Kong, et sur le point d’être vendue, cette belle et massive demeure possède de vastes pièces presque vides qui lui confèrent l’atmosphère silencieuse et monacale que j’apprécie tant. Chaque matin, je pars faire ma collecte en m’arrêtant devant les hauts grillages de maisons insolentes de luxe, ornées de hautes colonnes blanches, entourées d’un jardin idyllique aux plantes rares, dont le gazon est aussi propre, ras et vert que celui d’un terrain de golf. Deux maisons suffisent amplement tant je suis bien servi par les serviteurs des riches propriétaires, ravis de cette occasion qui leur est offerte de développer du mérite. L’électricité étant rarement coupée dans les quartiers aisés, je jouis de la situation idéale pour finir mon livre, et entamer le suivant.

Ce livre épais, qui est en quelque sorte la biographie de Bouddha, me donne pour la première fois, l’idée d’écrire ma propre biographie. Je suis encore tout jeune, me dis-je, mais j’ai déjà vécu toutes sortes d’expériences, aussi bonnes que mauvaises, qui forment une existence me paraissant pour le moins peu banale. En promenant ma mémoire dans mes vieux et moins vieux souvenirs, depuis la tendre enfance jusqu’à aujourd’hui, je crois disposer de toute une palette d’éléments susceptible d’illustrer de façon originale l’exemple de quelqu’un qui a suivi la voie du renoncement. Je songe également que cette biographie a aussi l’avantage d’être contemporaine et que quiconque pourra, dans une certaine mesure – ne serait-ce par jeu –, s’identifier au personnage, car en dehors du chemin quelque peu singulier qu’il a suivi, il n’a certainement rien de bien anormal. Cette histoire peut être celle de n’importe qui, et en tout cas, aider celui qui hésite encore à se lancer dans la vertueuse et propice voie du détachement, qui conduit à la libération de tous les ennuis.

Je me fais conduire à l’aéroport de Yangon, que je commence à connaître par cœur. Ça n’est point pour voyager, mais pour y accueillir un Français (de Marseille), qui vient s’initier à la vision directe dans la réalité. Très attaché à la tradition bouddhiste – radicalement différente – dans laquelle il a baigné depuis plusieurs années, il a malheureusement beaucoup de mal à s’immerger complètement dans la simplicité déroutante de l’observation pure des phénomènes physiques et mentaux.

Grâce à des dons envoyés par la communauté khmère, je fais imprimer cinq cents exemplaires du livre de la vie de Bouddha, quelques manuels pour les moines, quelques livrets sur les choses à adopter et à éviter lors d’une retraite méditative, et quelques dictionnaires birman-français compilés avec les quelques six mille mots que j’ai notés depuis le début de mon apprentissage de la langue. J’ai la joie de pouvoir offrir un lot de livres au service culturel de l’ambassade de France.

haut de page

suite ->